Une nouvelle CdC : quelles répercutions pour Saint-André, la ville centre ?

Alors que plusieurs maires de "petites" communes ont fait publiquement part de leur amertume à voir la CdC les « déposséder » de leurs prérogatives notamment en ce qui concerne le droit du sol, Saint-André devient la ville centre d’une vaste intercommunalité. Le point de vue de Célia Monseigne.

Un territoire qui a de nombreux atouts 

 

Avec l’intégration des communes du Bourgeais, le territoire intercommunal devient un peu plus « estuarien ». C’est une chance !

Le Cubzaguais a aujourd’hui trois ports sur la Dordogne : Cubzac (photo ci-contre), Saint-André et Bourg/Gironde. Cela constitue un atout touristique et environnemental majeur.

Le développement économique se concrétise avec l’arrivée de nouvelles entreprises. Le Cubzaguais va demeurer un territoire très attractif dans les années qui viennent. Demandeuses de services et d’équipements, de nouvelles populations vont venir s’installer.

Tout l’enjeu sera de construire l’aménagement du territoire en préservant les équilibres entre centralité et protection du cadre de vie.

Pour Saint-André, une position délicate …

 

La position d’une commune-centre dans une intercommunalité est toujours délicate.

Elle attire autant de convoitises que de méfiances. On assiste souvent à une forme de coalition protectionniste contre la grande commune accusée d’absorber toutes les richesses et d’empêcher le développement des communes périphériques.

L’élargissement du territoire intercommunal ne changera malheureusement rien à l’imaginaire de ceux qui se méfient de la grande commune…

 

… mais indiscutable 

 

Un territoire est d’autant plus fort qu’il s’organise autour d’un pôle urbain central.

Les jeunes, notamment, ont besoin d’une ville centre avec des équipements adaptés, des lieux de rencontres et d’échanges, des centres ressources. L’émancipation de la jeunesse passe par l’urbanité.

Plaine des Sports L. Ricci Crédit photo Philippe Félicité
Plaine des Sports L. Ricci Crédit photo Philippe Félicité

Ce sera le rôle que devra jouer Saint-André dans les années à venir, et que nous devrons construire avec la Communauté de Communes.

Au cœur d’un nœud routier stratégique aux portes de la métropole, Saint-André avec ses 11 000 habitants est une ville importante et dynamique.

Elle a été et demeurera le pivot du développement de l’intercommunalité.

Il ne peut pas y avoir de concurrence entre les communes, ce serait funeste pour la réussite du territoire dans son ensemble.

Peut-être que la dimension de notre commune, la présence de 2 lycées et 2 collèges qui nous fait accueillir 2 500 jeunes chaque jour, nous fait réfléchir autrement à l’avenir du territoire ?

Quoi qu’il en soit, les élus de St-André (12 représentants et 2 vice-présidents) sont animés d’une volonté de participer et de peser dans la construction d’un projet de territoire.