Rentrée 2016 sous haute surveillance dans les écoles

Avec la mise en place d’un plan Vigipirate, la sécurité s’est invitée au programme de toutes les écoles. Ces nouvelles obligations pour les communes, les enseignants, les enfants et les familles peuvent apparaître très contraignantes. Mais n’est-ce pas le prix de la mise en sécurité ?

Avec un plan Vigipirate spécial « rentrée 2016 », la sécurité s’est invitée au programme de toutes les écoles. De nouvelles obligations, de nouveaux plans de mise en sécurité, de nouveaux investissements, de nouveaux apprentissages pour les enfants qui devront connaître les gestes qui sauvent mais aussi, pour les familles, de nouvelles consignes, notamment en maternelle. Si certaines y trouvent leur compte – la séparation est plus facile – d’autres regrettent de ne plus aller jusqu’à la classe de leur enfant ou de ne plus rencontrer l’enseignant(e). La question risque d’être posée longtemps : quel est le prix de la mise en sécurité ?

 

Les consignes de sécurité :

  • Interdiction de stationner devant les écoles
  • Interdiction des attroupements devant les écoles
  • Contrôle d’accès et d’identité des personnes extérieures
  • Organisation de 3 exercices de sécurité dont un attentat-intrusion

La rentrée à Saint-André :

  • 1 060 élèves dans les écoles élémentaires
  • 857 élèves au collège La Garosse
  • Plus de1 000 élèves aux lycées Cousteau